Retour

Publications

14/11/2016
Le référendum italien : quels sont les réels enjeux ?

Le 4 décembre, les électeurs italiens seront appelés à se prononcer sur un référendum constitutionnel qui a suscité un vif intérêt auprès des observateurs internationaux. Bien qu’il s’agisse plutôt d’un vote technique avec des incidences complexes, les médias italiens ont réussi à transformer ce référendum en un simple vote de confiance à l’égard de l’actuel Premier ministre Matteo Renzi. D’après les derniers sondages, le non l’emporterait. En quoi consiste précisément ce référendum et quelles seraient les conséquences à moyen terme si les voix contre l’emportaient ?

À l’heure actuelle, le système parlementaire italien se compose de deux chambres réunissant un total de 945 élus partagés entre députés et sénateurs. La Chambre des députés a les mêmes pouvoirs que la Chambre des sénateurs et les projets de loi doivent être approuvés par les deux chambres pour être adoptés. En raison de ce système bicaméral, l’Italie est confrontée à un certain degré d’inertie lorsqu’il s’agit de réformer les impôts, les tribunaux, le droit du travail et d’autres aspects juridiques de la vie économique. Dans le cadre du référendum proposé, le système bicaméral disparaîtrait, le pouvoir dont disposent les sénateurs serait diminué et leur nombre serait réduit. Enfin, un certain nombre de fonctions actuellement attribuées aux régions seraient re-centralisées afin d’accroître l’efficacité du système. Au final, la validation de chaque nouvelle proposition de loi par le Sénat ne serait plus nécessaire. Le dernier changement se présente sous la forme d’une nouvelle loi électorale, baptisée « Italicum », qui fait l’objet de nombreux débats, y compris au sein même du Parti démocrate de l’actuel Premier ministre Matteo Renzi.

Au premier abord, les objectifs énoncés dans le référendum sont plutôt positifs car ils permettraient de créer un cadre législatif plus efficace susceptible de faciliter les réformes. Toutefois, la situation est différente. Dès le début de la campagne, Matteo Renzi a incarné cette réforme, poussant ainsi les électeurs à exprimer (ou non) leur confiance en l’actuel Premier ministre. Mais le paysage européen est aujourd’hui caractérisé par une défiance générale de la part du public à l’égard des dirigeants actuels, de leur politique et de la bureaucratie de Bruxelles. Même si le référendum comporte un certain nombre d’avantages, les électeurs profitent des scrutins pour exprimer leur lassitude à l’égard du pouvoir en place et leur besoin de changement.

Relative publications

2018/07/12

Cédric Ozazman

L'Agefi - L’économie mondiale restera bien orientée en 2018-2019

Consulter

2018/07/12

Daryl Liew

AllNews - Investir en Inde et éviter les problèmes commerciaux - par Daryl Liew

Consulter

2018/07/09

Video thumbnail

Market insight - quelles perspectives pour le troisième trimestre 2018 ?

Consulter